Accueil / Actualités / Actu' Sénégal / Des riziculteurs de Podor à l’École Coréenne pour des rendements records de 8 tonnes à l’hectare

Des riziculteurs de Podor à l’École Coréenne pour des rendements records de 8 tonnes à l’hectare

Le département de Podor au Sénégal a récemment accueilli un atelier stratégique réunissant les acteurs clés de la filière riz, en collaboration avec la Société d’Aménagement et d’Exploitation des Terres du Delta du Fleuve Sénégal (SAED) et l’Agence Coréenne de Coopération Internationale (Koica). L’objectif de cette réunion était de discuter des « stratégies basées sur les expériences des villages pilotes + Saemaul+ » avec pour but ultime d’accroître les rendements de riz de 5,5 à 8 tonnes à l’hectare.

L’atelier, qui a attiré quatre-vingt producteurs, a été honoré de la présence du directeur de la délégation de la SAED de Podor, Abou Sall, de la directrice adjointe de Koica Sénégal, Mme Hung, de représentants d’ONG, de membres d’organisations de producteurs et de partenaires financiers du Sénégal.

Le projet « Villages Pilotes Saemaul », financé par l’Agence coréenne, cible cinq sites dans le département de Podor, selon le chef du projet, le Dr Ahn Jin Gondans. Les localités de Diagnoum, Thillé Boubacar, Ndiawar, Guia, et Gamadji ont été les témoins d’expériences prometteuses, avec des rendements actuels oscillant entre 7 et 8 tonnes à l’hectare.

Le Dr Gondans a souligné l’importance de cet atelier en mettant en avant le paradoxe selon lequel, malgré le potentiel foncier, l’abondance d’eau, et une main-d’œuvre jeune, le Sénégal continue d’importer du riz. Les participants ont unanimement salué cette initiative visant à partager les méthodes et pratiques de Saemaul Undong, un mouvement coréen développé dans les années 1970, promouvant un développement équilibré basé sur l’assiduité, l’entraide, et la coopération.

Abou Sall, directeur de la délégation de la SAED de Podor, a exprimé sa reconnaissance envers le peuple coréen pour leur mobilisation dans le défi de l’augmentation de la production. Il a loué le partenariat diversifié avec Koica, mettant en avant l’approche Saemaul mise en place après des périodes difficiles ayant impacté négativement la Corée.

Le projet, financé par Koica, a englobé diverses activités telles que la production de semences, la formation sur les bonnes pratiques agricoles, et la fourniture d’équipements tels que des motos tricycles pour le ramassage des ordures. De plus, il a contribué à la construction de jardins publics et à des actions de reboisement dans les zones d’intervention.

Le projet Village Pilote a également investi dans la riziculture, en particulier chez les femmes et les jeunes qui ont eu l’opportunité de visiter la Corée. Plusieurs producteurs et productrices ont partagé leurs pratiques et les résultats obtenus, soulignant l’efficacité comparée à l’ancienne méthode. Cet échange d’expériences promet d’apporter des améliorations significatives à la filière rizicole de Podor, ouvrant ainsi la voie à des rendements encore plus prometteurs.

Partager

Regardez aussi

L’Intelligence Artificielle au coeur des débats lors du Cyber Africa Forum d’Abidjan

Depuis la fin de la pandémie de la covid-19, les interrogations concernant les impacts de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.