Accueil / Actualités / Actu' Sénégal / La terre doit rester dans les mains des paysans sénégalais
agriculteur kidira
Agriculteur - Photo illustration

La terre doit rester dans les mains des paysans sénégalais

Lors d’une rencontre organisée mercredi par le collectif « Sam Souniou Momel » regroupant les populations des villages de Silane et Mbary dans le département de Bambey, le coordonnateur de la plateforme des Forces vives du Sénégal (F24), Mamadou Mbodji, a fermement plaidé pour que les terres agricoles demeurent entre les mains des paysans sénégalais. Il a souligné l’importance cruciale de cette mesure pour l’intensification de l’agriculture et la survie économique des populations rurales.

« Les terres demeurent le principal moyen de subsistance des paysans. C’est pourquoi les autorités doivent veiller à ce que la terre reste dans les mains des paysans sénégalais », a déclaré Mamadou Mbodji. Son appel fait écho à une préoccupation croissante concernant l’accaparement des terres agricoles, un phénomène qui menace les moyens de subsistance de nombreuses communautés rurales.

La rencontre a également été l’occasion pour le collectif « Sam Souniou Momel » de dénoncer ce qu’ils considèrent comme l’accaparement injuste de leurs terres. Mbodji a encouragé les citoyens à se mobiliser chaque fois que leurs terres sont spoliées, affirmant qu’ils ont le droit de résister pour lutter contre l’injustice. « Les maires doivent arrêter de spolier les paysans et de prendre leurs terres pour les vendre à des citadins ou des étrangers au détriment des populations », a-t-il ajouté, rappelant que les terres agricoles sont souvent la seule source de revenus pour les populations rurales.

En plus de la protection des terres, Mamadou Mbodji a invité les pouvoirs publics à aider les paysans à mécaniser l’agriculture afin d’intensifier la production agricole. Cette mesure, selon lui, est essentielle pour améliorer les rendements et la viabilité économique des exploitations rurales.

Bruno D’Erneville, président du Parti pour l’action citoyenne (PAC), a également pris part à la rencontre et a soutenu la nécessité d’encadrer les paysans dans le cadre de coopératives. Il a préconisé la formation des agriculteurs en tant qu’entrepreneurs agricoles pour qu’ils puissent mieux valoriser leurs terres et augmenter les rendements. « On appelle le président Bassirou Diomaye Faye à agir dans le sens d’organiser le monde paysan pour qu’ils puissent exploiter leurs terres de manière rationnelle », a-t-il lancé, soulignant l’importance d’une gestion structurée et efficace des terres agricoles.

Partager

Regardez aussi

oignons

Louga : Les producteurs d’oignons demandent en urgence une régulation du marché

Les producteurs d’oignon de la région de Louga, au nord-ouest du Sénégal, appellent les pouvoirs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.