Accueil / Actualités / Actu' Sénégal / La campagne de l’arachide à Kaffrine démarre poussivement
Arachide
Arachide - ph : Pixabay

La campagne de l’arachide à Kaffrine démarre poussivement

La campagne de commercialisation de l’arachide à Kaffrine connaît un début difficile, loin des espoirs initiaux des agriculteurs et des opérateurs économiques. À la date du 8 février dernier, le volume de coques collecté dans les treize points de collecte officiels de la région atteint 3150 tonnes de graines, selon le directeur régional du développement rural, Mamadou Badiane.

Comparativement à la même période l’année dernière, cette quantité est en deçà des attentes, marquant ainsi une lenteur dans la campagne de commercialisation. À la mi-janvier, les opérateurs avaient collecté plus de 1830 tonnes de coques d’arachide, témoignant d’une nette diminution par rapport à l’année précédente.

Mamadou Badiane, malgré ce constat, se veut optimiste quant à une possible augmentation du volume de coques collectées d’ici la fin de la campagne. Il estime également que les quantités de semences d’arachide collectées, toutes variétés confondues, sont actuellement de 26 888 tonnes.

Cependant, sur le terrain, l’optimisme du directeur régional semble en décalage avec la réalité économique. Le marché central de Kaffrine, qui devrait être le cœur battant de la campagne, ne voit que peu d’activité. Les opérateurs économiques se plaignent du manque d’activité, soulignant une nette diminution par rapport aux années précédentes.

Omar Wilane, observant la scène de chargement d’arachide sur un camion benne, déplore : « Cette année, rien ne marche sur le marché. Difficile de voir une file de camions, car tout est presque à l’arrêt, il n’y a pas d’arachide. »

Ibrahima Sy, opérateur économique, partage cette inquiétude, soulignant que l’activité est bien en deçà de celle de l’année précédente. Les points de collecte non officiels connaissent également une diminution de l’activité, selon les témoignages.

El Hadji Diaw, exprimant son découragement, mentionne non seulement le manque d’arachide mais également les dépenses considérables qu’il doit couvrir, y compris les factures, les remboursements de dettes et les rémunérations des ouvriers.

Gorgui Diallo, un paysan, affirme que les rendements ne sont pas bons cette année. Il note avoir déjà écoulé toute sa production d’arachide, un signe supplémentaire des difficultés rencontrées sur le marché.

Le président de la coopérative de Kahi, Aly Diaw, attribue cette situation aux impayés de l’État envers les opérateurs privés. Les femmes, impliquées dans la vente de graines d’arachide, déclarent également que leur activité est en baisse depuis le début de la campagne.

Partager

Regardez aussi

ble

Un chercheur incite les agriculteurs sénégalais à cultiver du blé

Amadou Tidiane Sall, chercheur à l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA), a encouragé les agriculteurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.