Accueil / Actu Entreprises / Le groupe marocain OCP veut investir massivement dans l’agriculture en Afrique de l’Ouest

Le groupe marocain OCP veut investir massivement dans l’agriculture en Afrique de l’Ouest

OCP et la Banque mondiale investissent dans l’avenir agricole de l’Afrique de l’Ouest.

Le Groupe OCP et la Banque Mondiale s’unissent pour œuvrer en faveur de la sécurité alimentaire et du développement agricole en Afrique de l’Ouest.

Ce partenariat offre de nouvelles perspectives aux agriculteurs africains en vue d’améliorer leur productivité et la qualité de leurs sols grâce à l’utilisation d’engrais spécialement conçus et de pratiques agricoles durables.

Lors des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI à Marrakech, le PDG du Groupe OCP, Mostafa Terrab, et le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Ousmane Diagana, ont officialisé un protocole d’accord visant à favoriser la coopération et à mettre en place des programmes bénéficiant à 5 millions d’agriculteurs au Bénin, en Guinée, au Mali et au Togo, couvrant une superficie de 10 millions d’hectares. Cette collaboration vise à accélérer les investissements et les réformes pour rendre les engrais plus accessibles et abordables pour les agriculteurs.

« Ces projets marquent une étape significative pour libérer le potentiel de l’Afrique en matière de sécurité alimentaire mondiale », a déclaré Mostafa Terrab, PDG du Groupe OCP. « Notre objectif est de promouvoir une transition agricole équitable et durable en élargissant l’accès des agriculteurs d’Afrique de l’Ouest à des engrais spécialement conçus pour nourrir les sols et améliorer les rendements agricoles, ce qui contribuera à accroître les revenus des agriculteurs et favorisera le développement et la prospérité de l’Afrique. »

Ce partenariat revêt une importance capitale pour aider à concrétiser les engagements pris par les ministres de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire des pays membres de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) lors de la Déclaration de Lomé, approuvée en mai 2023.

« Nos deux institutions reconnaissent la nécessité d’accélérer les réformes et les investissements en faveur d’une agriculture résiliente, qui promeut le développement durable et la création d’emplois. Ce partenariat entre la Banque mondiale et le Groupe OCP transforme la Déclaration de Lomé en actions concrètes », souligne Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Ce partenariat se concentre sur cinq domaines de coopération :

  1. L’amélioration de la santé et de la fertilité des sols grâce à une analyse de la cartographie numérique des sols et à l’utilisation d’engrais adaptés.
  2. La mise en place de Centres de technologie agricole et de services pour former et soutenir les petits agriculteurs.
  3. Le lancement d’un programme éducatif d’agriculture numérique visant à renforcer les compétences locales et l’entrepreneuriat, transformant ainsi le secteur agroalimentaire.
  4. Le renforcement des capacités de la CEDEAO pour mettre en œuvre sa Feuille de Route sur les engrais et la santé des sols.
  5. Le soutien à la création d’un Centre régional pour la santé des sols et la gestion de la fertilité en Afrique de l’Ouest, au sein de l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA).

À travers cette collaboration, les deux institutions réaffirment leur engagement en faveur des Objectifs de Développement durable (ODD) des Nations Unies, en particulier l’ODD n°2 sur la faim et la sécurité alimentaire, ainsi que l’ODD n°13 sur le changement climatique.

Partager

Regardez aussi

mais

Augmentation importante des volumes de maïs sucré sénégalais

La saison du maïs sucré sénégalais est en plein essor chez Hermans Suikermais, avec une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.