Accueil / Actualités / Actu' Sénégal / Kaolack fait la transition de l’arachide à la diversification des cultures
Photo : Pixabay

Kaolack fait la transition de l’arachide à la diversification des cultures

La région de Kaolack, autrefois renommée pour être le « bassin arachidier » du Sénégal, est en train de se réinventer en tant que véritable centre agricole grâce à une diversification croissante des cultures, a déclaré Samba Ndao Tall, directeur régional de développement rural (DRDR).

« La région de Kaolack, autrefois le bastion de l’arachide, s’affirme aujourd’hui comme un authentique bassin agricole. C’est devenu une réalité grâce à la diversification des cultures. Ces dernières années, le ministère de l’Agriculture, de l’Équipement rural et de la Souveraineté alimentaire a œuvré pour encourager la diversification agricole », a-t-il souligné lors d’un entretien avec l’Agence de Presse Sénégalaise (APS).

Selon M. Tall, le ministère met désormais l’accent à la fois sur l’agriculture pluviale et les cultures de contre-saison, avec des programmes spécifiques, notamment celui visant à atteindre l’autosuffisance en riz, qui a permis d’accroître la production de riz au Sénégal. La région de Kaolack joue un rôle important dans la réalisation de ce programme, tout comme dans celui du manioc, qui renforce la culture de produits à forte valeur ajoutée. M. Tall a également mentionné les programmes liés au sésame, au maïs, et bien d’autres.

« Chacune de ces cultures contribue à la diversification agricole et renforce la position de Kaolack en tant que bassin agricole. De plus, le ministère de l’Agriculture, de l’Équipement rural et de la Souveraineté alimentaire met en place des programmes visant à établir des fermes agricoles communautaires ainsi qu’individuelles », a expliqué le directeur régional du développement rural.

Il a noté que ces fermes renforcent l’agriculture de contre-saison, en particulier le maraîchage, et suscitent un vif intérêt chez les jeunes agriculteurs pour des activités telles que l’élevage, la pisciculture et d’autres activités agricoles.

« Ainsi, Kaolack continuera à contribuer de manière significative à l’atteinte des objectifs de souveraineté alimentaire. Cependant, il est essentiel de renforcer l’agriculture de contre-saison, car l’agriculture pluviale, qui ne dure que trois mois, ne peut à elle seule nous permettre d’atteindre nos objectifs. Il faut travailler sur neuf mois par an », a souligné Samba Ndao Tall.

Pour réaliser ces objectifs, l’État sénégalais a élaboré un programme de modernisation de l’équipement agricole, comprenant la mise en place de matériel agricole motorisé et à traction animale. Cette stratégie de mécanisation vise à moderniser et intensifier de manière raisonnée l’agriculture pour améliorer la productivité, augmenter les rendements et valoriser les productions, notamment grâce au programme Intermaq, axé sur le transfert de technologies via l’acquisition de matériel et d’entrepôts agricoles.

Le programme Intermaq a succédé au programme maïs alimentos et a alloué un quota de 80 tracteurs à la région de Kaolack. Selon Samba Ndao Tall, « tous les bénéficiaires » ont déjà été sélectionnés, et les listes d’attente sont prêtes. « Les bénéficiaires recevront leur matériel lorsque tous les tracteurs et les équipements correspondants destinés à la région seront disponibles. Jusqu’à présent, nous avons reçu 15 tracteurs sur un total de 80 unités », a expliqué le responsable de la DRDR de Kaolack.

Partager

Regardez aussi

L’Intelligence Artificielle au coeur des débats lors du Cyber Africa Forum d’Abidjan

Depuis la fin de la pandémie de la covid-19, les interrogations concernant les impacts de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.