Accueil / Actu Entreprises / Vers la création d’un Agropole dans chaque département
agropole senegal

Vers la création d’un Agropole dans chaque département

Le gouvernement a dévoilé un ambitieux projet visant à installer un Agropole dans chaque département du pays au cours des cinq prochaines années. Cette annonce a été faite par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Serigne Guèye Diop, lors de sa visite à l’Agropole sud, situé à Adéane, dans le département de Ziguinchor.

« Jusqu’ici, nous parlions des Agropoles du sud, du nord, de l’est, de l’ouest et du centre. Nous allons en créer quarante-cinq dans les cinq prochaines années. D’abord, huit dans les huit pôles de notre projet politique, puis dans les 14 chefs-lieux de régions et enfin dans les quarante-cinq départements« , a déclaré à l’APS le ministre.

L’Agropole sud à Adéane, choisi comme modèle pilote, servira de test pour cette initiative. L’objectif principal est de générer de la valeur, de l’emploi et de la richesse à la fois en Casamance et au Sénégal en général. « Cet Agropole est extrêmement important dans le cadre de la politique que le chef de l’État veut dérouler pour les cinq prochaines années« , a souligné Serigne Guèye Diop.

Le ministre a rappelé que la Casamance n’avait pas connu de développements significatifs dans le secteur industriel depuis cinquante ans, soulignant l’importance de transformer des produits à haute valeur ajoutée pour stimuler l’économie locale.

Lire aussi : Appropriation du numérique dans l’agriculture ouest-africaine : entre promesses et réalités

La culture de l’anacarde en Casamance a été particulièrement mise en avant. Selon Serigne Guèye Diop, « l’anacarde vendue aujourd’hui à 700 francs CFA le kilogramme peut atteindre une valeur de dix-mille à quinze-mille francs CFA lorsqu’elle est transformée ». Cette transformation nécessite la création d’Agropoles dans chaque département, équipés de volets industriels pour le traitement des produits locaux. L’Agropole sud se concentrera principalement sur la mangue et la noix de cajou, mais d’autres produits, tels que la volaille et l’élevage bovin, seront également intégrés.

Un des objectifs majeurs de cette initiative est de retenir les jeunes dans leur région d’origine. « Nous voulons fixer les jeunes de la Casamance. Il n’y a aucune raison pour que les jeunes d’une région aussi belle, agricole et verte quittent pour trouver du travail ailleurs ou risquent leur vie en tentant de rejoindre l’Europe », a affirmé le ministre. Le gouvernement sénégalais aspire ainsi à créer des milliers d’emplois en Casamance, contribuant à un développement économique durable et inclusif.

Partager

Regardez aussi

Découvrez Farmly, une application gratuite pour les agriculteurs

Une application gratuite au service des agriculteurs, veut améliorer la productivité agricole en Afrique : …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.