Accueil / Actualités / Actu' Sénégal / Les pertes post-récolte comme défi d’un Hackathon à Dakar
Ph : DR

Les pertes post-récolte comme défi d’un Hackathon à Dakar

Hackathon à Dakar pour lutter contre les pertes post-récolte et assurer la sécurité alimentaire en Afrique

Un hackathon de deux jours, organisé à Dakar par le projet Accélérer les impacts de la recherche climatique pour l’Afrique (AICCRA) du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), a mis en lumière l’urgence de s’attaquer aux pertes post-récolte en Afrique pour garantir la sécurité alimentaire.

En Afrique, où la faim persiste en dépit des efforts déployés, l’agriculture est confrontée à des défis significatifs, parmi lesquels les pertes post-récolte émergent comme un obstacle majeur. Le projet AICCRA du CGIAR a identifié ces pertes comme « un défi majeur au cœur de la sécurité alimentaire et du développement socioéconomique ».

Au Sénégal, où l’agriculture représente 15,5 % du PIB national et emploie plus de 22 % de la population active, la situation alimentaire et nutritionnelle est préoccupante, avec certaines régions risquant de basculer dans des crises alimentaires, selon le Réseau de Prévention des Crises Alimentaires (RPCA). Les pertes post-récolte, variant de 12 à 40 %, touchent l’ensemble de la chaîne de valeurs agricoles, avec des conséquences économiques graves évaluées à près de 100 milliards de F CFA annuels.

Les pertes post-récolte, variant de 12 à 40 %

Le hackathon a ciblé les maillons faibles de la chaîne de valeurs post-récolte pour différentes cultures, notamment le maïs, le riz, le sorgho, le mil, le fonio, l’arachide, le niébé, les tomates, les pommes de terre, les mangues et les patates douces. Les contraintes identifiées comprennent le transport, le stockage, la transformation et la distribution, avec des défis liés à la manipulation, aux conditions de stockage et à la logistique.

Le hackathon vise à promouvoir un avenir résilient face aux enjeux climatiques en encourageant la collaboration entre divers acteurs clés tels que les producteurs agricoles, les transformateurs agroalimentaires, les agroindustriels, les universitaires et les chercheurs. Dr. Abdrahmane Wane, représentant en Afrique de l’Ouest de l’Institut international de recherche sur l’élevage (ILRI), a souligné l’engagement des chefs d’État africains à réduire de moitié les pertes post-récolte d’ici 2025, mais a noté que seulement cinq pays ont jusqu’à présent produit des données probantes et des solutions.

Au niveau macro, les pertes post-récolte sont liées à des problèmes structurels tels que l’état des routes et l’absence d’infrastructures de stockage. Dr. Wane a appelé l’État et le secteur privé à investir davantage dans les infrastructures de stockage pour éviter des pénuries comme celle des oignons récemment observée au Sénégal. Il a également souligné la nécessité de solutions innovantes au niveau micro, au sein des exploitations rurales.

En conclusion, ce hackathon a mis en lumière l’importance cruciale de l’innovation et de la collaboration pour résoudre les défis complexes liés aux pertes post-récolte en Afrique, jetant ainsi les bases d’un avenir plus résilient sur le plan climatique et alimentaire pour le continent.

Partager

Regardez aussi

L’Intelligence Artificielle au coeur des débats lors du Cyber Africa Forum d’Abidjan

Depuis la fin de la pandémie de la covid-19, les interrogations concernant les impacts de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.