SenegalAgriculture Coted'IvoireAgriculture AgriMaroc
samedi 26 novembre 2022
Accueil / Actualités / Actu' en Afrique de l'Ouest / Actu' Sénégal / Des experts se penchent sur les performances du bassin arachidier dans le secteur horticole
Horticulture
Horticulture - ph : wikipedia

Des experts se penchent sur les performances du bassin arachidier dans le secteur horticole

Des experts se penchent sur les raisons de la faible performance du bassin arachidier dans le secteur horticole.

Des experts se sont réunis pour faire état des différents obstacles qui limitent la performance du Bassin arachidier dans l’horticulture. Ces révélations s’appuient sur des recherches réalisées grâce à la méthode “indicateur de durabilité des exploitations agricoles collectives” (Idea). Une réunion qui s’est déroulée, le 19 mars 2022 sise à la Direction générale de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra).

Selon une étude sur la durabilité des périmètres horticoles collectifs du Bassin arachidier réalisée dans le cadre de projet d’Appui au Programme national d’investissement dans l’agriculture au Sénégal (Papsen), il s’avère que plusieurs facteurs limitent la productivité de ces zones horticoles. Et ces obstacles ne concernent pas que l’horticulture. En effet, lorsqu’on se concentre par exemple sur l’organisation de l’espace de culture dans cette zone caractérisée par des ressources en eaux limitées et de fortes températures, il apparaît que malgré la pratique combinée de la rotation et de l’association, l’absence de jachère handicape sévèrement la restauration des sols.

Par ailleurs, l’étude souligne la faible superficie des parcelles qui ne permet pas de produire en quantité suffisante. Pour remédier à cela, les experts suggèrent d’effectuer un remembrement des parcelles au niveau des périmètres en groupant les parcelles de plusieurs individus afin d’assurer une meilleure productivité. Un autre facteur limitant mentionné est le manque de formation des différents acteurs. L’étude souligne en effet que la faible technicité des producteurs conduit à une mauvaise gestion des ressources hydriques et à un recours excessif des pesticides. A cela, elle préconise une meilleure formation des producteurs.

“Un accompagnement financier permettrait une meilleure gestion financière et économique des périmètres maraîchers et assurerait leur transmissibilité aux générations futures.”

Les experts relèvent également la nécessité de réaliser des aménagements antiérosifs, en tenant compte de l’érosion hydrique et éolienne. Dans le même ordre d’idées, il faudrait également former et sensibiliser les acteurs sur l’importance d’une bonne gestion des déchets non-organiques et de leurs impacts négatifs sur l’environnement. Sans omettre d’enseigner sur la valorisation du patrimoine bâti afin d’assurer sa conservation et la commercialisation de la production.

L’étude recommande également de faciliter l’accès aux semences de qualité en bonne quantité, par le développement d’une production locale ou en installant des fournisseurs à proximité des périmètres. Encore une fois, il faudra sensibiliser les producteurs sur l’impact de l’utilisation des produits chimiques sur la santé et l’importance d’utiliser un équipement de protection individuelle et collective.

Lire aussi : Engrais : Comment la guerre en Ukraine plombe l’agriculture ?

Autre aspect important traité par l’étude, c’est la nécessité de pourvoir à un accompagnement financier. Cela permettrait une meilleure gestion financière et économique de leur périmètre ainsi qu’une certaine autonomie financière, une optimisation du processus de production, une viabilité économique et une transmissibilité du projet aux générations futures. En effet, les scores élevés de l’indicateur sensibilité aux aides et aux quotas révèlent le besoin vital des périmètres pour assurer leur pérennité et relever le défi de rentabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.