Accueil / Actualités / Actu' Sénégal / Dialogue sur l’Entreprenariat Féminin : Un Projet USAID de 5 Milliards pour l’Autonomisation des Femmes
Photo : APS

Dialogue sur l’Entreprenariat Féminin : Un Projet USAID de 5 Milliards pour l’Autonomisation des Femmes

Kaolack à l’Avant-garde de l’Autonomisation des Femmes dans l’Agriculture.

La Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kaolack (CCIAK) a récemment accueilli un dialogue portant sur l’entreprenariat féminin et l’autonomisation des femmes dans le bassin arachidier.

Lors de cet événement, les participants ont examiné les recommandations issues des assises nationales ainsi que l’analyse du genre et de l’inclusion sociale (GESI/WEEAP) du projet « Dooleel Mbay ». Ce projet est financé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) pour une période de cinq ans, de 2022 à 2027, pour un montant de cinq milliards de francs CFA.

Il est important de souligner que ce projet s’inscrit dans la continuité des initiatives précédentes développées par le gouvernement américain pour soutenir le développement du secteur agricole nous apprend APS. C’est ce qu’a fait savoir Ndiaya Cissé Ndoye, économiste-chercheure et coordinatrice de l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR).

« Dooleel Mbay » est une extension du projet « Naatal Mbay » qui se concentre davantage sur les femmes et les jeunes du secteur agricole, notamment dans les régions de Matam et de Saint-Louis, de Fatick, Kaffrine et de Kaolack, ainsi que dans la zone sud du pays.

L’objectif de la réunion à Kaolack était de trouver des solutions aux problèmes auxquels sont confrontées principalement les femmes du secteur agricole, tels que relevés lors des assises nationales initiées par le ministère de la Femme, de la Famille et de la Protection des enfants. Ces assises visaient à identifier les contraintes réelles auxquelles font face les femmes et les jeunes dans leurs activités entrepreneuriales.

Selon Mme Ndoye, l’accès au foncier pour développer leurs activités agricoles est la première contrainte systémique à laquelle les femmes sont confrontées. En effet, les hommes disposent en moyenne de trois parcelles contre une seule pour les femmes. Ce problème est précisément celui que « Dooleel Mbay » cherche à résoudre.

Les recommandations issues de ces assises nationales et de l’analyse du genre et de l’inclusion sociale ont révélé que les femmes ont un besoin criant d’accéder au foncier, à la formation, à l’information et de nouer des partenariats avec des institutions financières.

« En effet, la plupart des femmes ont recours à des tontines comme source de financement pour leurs activités. Les recommandations de ces assises préconisaient que les femmes puissent établir des partenariats stratégiques avec des structures financières afin de pouvoir accéder à des financements », a expliqué le Dr Ndiaya Cissé Ndoye.

Partager

Regardez aussi

Semences

Une rencontre à Saly pour améliorer la chaîne de valeur semences

Des experts, des chercheurs et des usagers des semences se sont réunis à Saly (ouest) …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.