Accueil / Actualités / Actu internationales / Noix de Cajou : Le Sénégal veut s’inspirer de la Côte d’Ivoire
noix de cajou
Ph : Wikipedia

Noix de Cajou : Le Sénégal veut s’inspirer de la Côte d’Ivoire

Avec une production annuelle de 720 000 tonnes, le pays des Éléphants surpasse de loin le Sénégal, qui n’en produit que 20 000 tonnes !

Les rideaux sont tombés sur la 17ème conférence annuelle sur le cajou en Afrique qui s’est tenue à Saly la semaine dernière. Le Sénégal, qui se classe au 15ème rang mondial des exportateurs de noix de cajou (anacarde) avec une production d’environ 20 000 tonnes, envisage de s’inspirer de l’exemple de la Côte d’Ivoire, qui reste le premier producteur de noix de cajou en Afrique avec 720 000 tonnes par an.

Cette conférence a offert l’opportunité aux participants de discuter de la transformation de cette précieuse noix. Le thème de la conférence était le suivant : « Durabilité de l’industrie du cajou africain : Évaluation du chemin parcouru et perspectives d’avenir. »

La 17ème édition de la Conférence Annuelle du Cajou, qui s’est tenue à Saly, Sénégal, du 18 au 21 septembre 2023, a rassemblé les acteurs du secteur pour plaider en faveur du soutien de l’industrie de l’anacarde en Afrique, qui ajoute une valeur significative sur le marché international.

L’événement a été honoré par la présence du ministre d’État de la Côte d’Ivoire, du ministre sénégalais de l’Enseignement supérieur, du secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Équipement rural et de la Souveraineté alimentaire (MAERSA), du gouverneur de Ziguinchor, ainsi que de tous les acteurs de la filière cajou venus des pays africains, ainsi que des partenaires techniques et financiers. Les représentants des ambassadeurs d’Allemagne et de l’Inde au Sénégal ont également confirmé leur engagement à soutenir la filière en tant que partenaires techniques et financiers.

Les intervenants ont souligné l’évolution du commerce de la noix de cajou dans le monde et les importations en provenance d’Afrique. Le ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation, au nom du Premier ministre, Amadou Bâ, a exprimé l’engagement de l’État du Sénégal en faveur du développement du secteur agricole pour stimuler la croissance sociale et économique.

Moussa Baldé a rappelé les réformes audacieuses entreprises par l’État du Sénégal pour faire de la filière de l’anacarde un moteur puissant de croissance grâce à son industrialisation. Il a également rendu hommage aux milliers de femmes et de jeunes qui, malgré la dureté du travail, ajoutent une valeur inestimable à toutes les étapes de la chaîne de valeur.

L’ancien ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural du Sénégal (2019/2022) a également tenu à saluer les exportateurs, les acteurs économiques, les partenaires techniques et financiers, ainsi que tous les opérateurs et sponsors qui ont facilité l’organisation de cet événement majeur. En tant que président du conseil départemental de Kolda, il a réaffirmé la volonté du chef de l’État, Macky Sall, d’accompagner la filière afin de consolider les bases d’une croissance durable stimulée par la filière de l’anacarde. Au Sénégal, la chaîne de valeur de l’anacarde a créé, selon le ministre Moussa Baldé, 100 000 emplois dans la production, la transformation et la commercialisation.

Partager

Regardez aussi

L’Intelligence Artificielle au coeur des débats lors du Cyber Africa Forum d’Abidjan

Depuis la fin de la pandémie de la covid-19, les interrogations concernant les impacts de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.